[vc_row equal_height=”yes” content_placement=”middle” bg_type=”image” parallax_style=”vcpb-default” bg_image_new=”id^4863|url^https://redeni.com/wp-content/uploads/apropos.jpg|caption^null|alt^null|title^apropos|description^null” bg_override=”full” type=”vc_default” margin_top=”5″ margin_bottom=”10″ css=”.vc_custom_1699618196364{padding-top: 90px !important;padding-bottom: 90px !important;}”][vc_column offset=”vc_col-lg-offset-2 vc_col-lg-8 vc_col-md-offset-1 vc_col-md-10″][ultimate_heading main_heading=”A Propos” heading_tag=”h1″ main_heading_color=”#ffffff” sub_heading_color=”#333333″ main_heading_font_size=”desktop:44px;tablet_portrait:30px;” main_heading_line_height=”desktop:54px;tablet_portrait:40px;” main_heading_margin=”margin-bottom:10px;” el_class=”accent-border-color” sub_heading_style=”font-style:italic;” sub_heading_font_size=”desktop:22px;mobile_landscape:16px;” sub_heading_line_height=”desktop:32px;mobile_landscape:26px;” sub_heading_margin=”margin-bottom:70px;”][/ultimate_heading][/vc_column][/vc_row][vc_row css=”.vc_custom_1699085086451{margin-top: 25px !important;margin-bottom: 25px !important;}”][vc_column][vc_column_text]Ayant toujours été ambitieux et mis la barre très haut avec les femmes, je me suis rendu compte après ma vingtaine que les choix étaient limités autant à l’université ou dans un groupe d’amis. Confiné dans notre cercle social, si on loupe les 2/3 filles qui intéressent tous les garçons, il faut alors attendre la prochaine rentrée.
Dans un groupe d’amis, on n’a pas vraiment droit à l’erreur avec les filles.

Ce n’était clairement pas mon environnement et je m’en suis émancipé, ne tombant pas dans le piège de Tinder pour lequel j’avais une réelle aversion tout comme pour tout ce qui touchait à des applis de rencontre, trouvant la démarche ridicule.
Je ne m’y suis jamais inscris, car même pour des potes hommes mannequins ça ne marchait pas. Des copines réellement jolies, (celles qui intéressent tout le monde) m’ont même confié qu’elles ne s’inscrivaient sur ces sites que pour augmenter leur nombres d’abonnés Instagram ou alors pour passer le temps sans qu’elles ne se soient pourtant rendues à aucun date, ou une fois tous les 2 ans.

Je me suis alors intéressé à aborder des filles en vrai, ce qui s’appelle vulgairement la «drague de rue», et qui est quasiment devenu un gros mot, ne m’étant alors jamais imaginé qu’il était possible avec une vraie méthode/structure appliquant le bon sens, d’obtenir des résultats tout simplement spectaculaire car les belles femmes accueillent particulièrement bien cette démarche qui les met très à l’aise. 
Appelez simplement ça une saine « manière d’approcher les femmes» de première division, ce qui pourrait sembler logique en comparaison de les approcher virtuellement sur le net car un homme n’a tout simplement pas eu le courage ou les connaissances pour le faire en vrai.

Ma méthode est orientée résultats. La première question que des copines ou que des copains se posent lorsqu’un(e) de leur ami(e) a eu un date est 1- si elle/il a finit au lit, et si la réponse est positive, 2- «Comment c’était ?», ce qui prouve bien que la première finalité derrière pour les garçons et les filles est la relation sexuelle. Aborder pour aborder je laisse ça aux dragueurs, aux serveurs et aux italiens du marché. Aborder pour avoir une relation d’un soir ou une relation longue, c’est là que ça devient sérieux.

Les femmes ont autant de désirs physiques que les hommes, et finalement, celui qui sait comment ça marche, a littéralement accès à toutes les femmes, avec la ville dans lequel il se trouve pour terrain de jeu.

Adam[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]